Programme local de prévention des déchets

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

Les poules c'est cool !

La Ville s’est engagée dans un Programme Local de Prévention des déchets (PLP). Les efforts menés pendant 5 ans ont porté leurs fruits puisque la ville a réduit sa production de déchets ménagers et assimilés de plus de 12% entre 2008 et 2015. Aujourd’hui, les actions engagées continuent à être menées et de nouvelles continuent à voir le jour !

Ensemble contre le gaspillage alimentaire dans nos écoles

Le gaspillage alimentaire est une réalité mondiale. Saint-Maur a décidé de mettre en place, un vaste programme de chasse au gaspillage dans les cantines de la Ville. Une opération qui a pour objectif de réorganiser en profondeur la gestion des établissements scolaires et de rendre chacun plus responsable.

De nombreuses mesures ont ainsi été mises en place : 

  • L’élaboration d’un menu star par et pour les enfants : chaque mois, ils élisent leur menu star en choisissant ce qu’ils ont préféré manger pendant la semaine. Ce menu, parfois ajusté pour répondre aux exigences nutritionnelles, est ensuite proposé en commission menu.
  • La mise en place une fois par semaine d'un menu à 4 composantes au lieu des 5 habituelles. Ce menu est toujours conforme aux exigences nutritionnelles, et, les jours où ce menu est proposé, on observe une nette diminution de plus de 30% des quantités de déchets jetées par rapport aux chiffres de janvier 2015 !
  • Le gâchimètre du pain sera mis en place sur certaines écoles pour faire prendre conscience visuellement aux enfants de ce que représente le gaspillage alimentaire.

Entre 2014 et 2015, le gaspillage par enfant a ainsi été réduit de 20%

Le saviez-vous ?

Chaque jour, près de 5000 enfants déjeunent dans les cantines scolaires de Saint-Maur et pour chaque repas, chacun gaspille en moyenne 147g de déchets alimentaires.

Opération : les poules, c’est cool !

Cette opération, initiée par le CME, est un moyen original de réduire considérablement les déchets ménagers ! 

Les poules ont l’avantage, en plus d’être de bons animaux de compagnie, d’être friandes de l’ensemble des restes alimentaires (elles peuvent picorer jusqu’à 150kg de déchets par an) et de donner, en contrepartie, plus de 150 œufs par an et par poule !

En 2016, 26 foyers ont participé à l’opération et ont adopté deux poules, et l’expérience s’est avérée concluante avec plus de 6400 œufs pondus et plus d’une tonne de déchets évités au total !

Une 2ème édition de l'opération aura lieu en 2017. Pour y participer, n’hésitez pas à remplir le dossier de candidature téléchargeable en partie droite de votre écran, avant le 23 janvier 2017.

Débarrassez-vous des pubs inutiles avec stop pub 

Vous en avez assez de toutes ces publicités déposées dans votre boîte aux lettres ? Vous ne supportez plus de voir tout ce papier qui finit directement dans votre poubelle ? 

L’autocollant  « Stop Pub » a pour objectif de limiter la distribution de prospectus et de documents publicitaires dans les boîtes aux lettres. Vous pouvez vous procurer un STOP PUB au Centre Technique Municipal, situé au 52 avenue Barbès ou à l'accueil de la mairie. 

Recup’ID : Quand économie, entraide et écologie ne font qu’un !

La Ville a rejoint l’initiative de la Région Récup’ID, l’annuaire du réemploi et de la réparation en Ile-de-France.

Vous avez un besoin ponctuel de matériel de bricolage, votre chaîne hifi ne fonctionne plus, vous voulez remplacer un vélo d’enfant devenu trop petit, vous avez envie de changer la déco de votre salon mais à petit prix ? 

Des solutions existent près de chez vous pour réparer, louer, revendre, partager, acheter d’occasion, donner ou créer ! Vous les trouverez dans cet annuaire du réemploi.

Vous ferez ainsi des économies, contribuerez à la solidarité et limiterez vos déchets.

Rendez-vous sur : www.recup-id.fr

Le compostage 

Le réseau compost

Entre les déchets du jardin (tontes, tailles, feuilles…) et ceux de la maison (épluchures, papier journal, fleurs fanées…), on peut, en compostant, diminuer de près de 30% le poids de sa poubelle ! On récupère ainsi, à l’issue du processus de compostage, un excellent engrais naturel et gratuit pour enrichir ses plates bandes et ses jardinières !Aussi, la Ville propose aux Saint-Mauriens d’acquérir à prix attractif un composteur. 1066 foyers sont déjà équipés, alors n’hésitez plus, venez-vous aussi chercher votre composteur.

Comment fabriquer son compost ? 
Vous débutez avec le compostage ? Téléchargez le guide du compost dans la partie droite de votre écran !

  • Installez votre composteur dans un endroit ombragé, sans « plancher », au contact direct du sol. Les larves, insectes, lombrics, champignons et bactéries viendront ainsi eux-mêmes dans le compost. Ils en favoriseront l’aération, dégraderont les déchets et en amélioreront la qualité.
  • Mettez les « bons ingrédients » : Presque tous vos déchets organiques ménagers sont autorisés, fruits et légumes avariés, épluchures, coquilles d’œufs écrasées, coquilles de fruits secs, thé, café, mouchoirs en papier… Ainsi que vos déchets de jardin, fleurs coupées, tontes de pelouse, petits résidus de taille…
  • Respectez un équilibre entre matières « vertes », azotées, chargées en eau, (pelouse, épluchures) et les matières « brunes » carbonées, plus fibreuses et sèches (brindilles, papier journal…)
  • Brassez régulièrement afin de favoriser l’aération et éviter les poches de fermentation et la formation d’odeurs.

Comment obtenir mon composteur ?

Il vous suffit de vous présenter au Centre Technique Municipal, 52 avenue Barbès chaque premier samedi du mois de 9h à 12h, tous les lundis de 13h30 à 17h et les mercredis de 9h à 12h. 

Pour le tarif préférentiel de 15€, la Ville propose un composteur de 400l (L73/l73/H83) en plastique recyclé vert foncé avec son bio-seau et un guide du compostage.

Vous avez des questions sur le compostage ?

Voici les réponses à vos questions les plus courantes.

  • 1-Gérer mon compost

    Bien gérer son compost est une question de patience et de connaissance.
    Voici quelques réponses aux questions les plus courantes.

    Quel est le meilleur moment pour démarrer mon compost ?
    Les périodes les plus propices pour démarrer le compostage sont le printemps et l’été. Toutefois, on peut commencer à composter à tout moment de l’année sachant que le processus de décomposition est ralenti en période froide.

    Mon compost fume, est-ce normal ?
    Oui, c’est le signe d’une bonne activité des micro-organismes dans le composteur. Une température élevée qui se maintient quelques jours permet de détruire de nombreuses graines indésirables et certaines maladies des plantes. Vous pouvez relancer une montée en température en mélangeant le compost dès qu’il se refroidit un peu.

    Quel activateur de compost me conseillez vous ?
    Si vos apports sont équilibrés (azotés/carbonés) et bien mélangés, la dégradation se fait naturellement et il n’y a pas besoin d’activateur.
    Néanmoins, si vous estimez avoir besoin de relancer l’activité de votre compost, préférez les activateurs naturels à ceux du commerce : jeunes orties, consoude, vieux compost…

    Faut-il  plusieurs composteurs ?
    On peut tout à fait composter avec un seul composteur, avec comme seul inconvénient qu’on se retrouve à un moment avec du compost mûr en dessous du compost en cours de transformation. Cela demande plus de manipulations lors de la collecte du compost mûr: il faut mettre de côté le compost plus jeune (dans une brouette par exemple) puis le remettre dans le composteur une fois de compost mûr du fond récupéré.
    Si vous avez assez de matières organiques à composter pour remplir plus d’un composteur, c’est idéal d’en avoir deux : celui que vous alimentez et brassez régulièrement,  et celui qui finit sa maturation tranquillement.

    Je m’absente tous les étés, est-ce grave pour mon compost ?
    Non, ce n’est pas grave. Il risque de s’assécher avec un processus de compostage qui peut ralentir, mais vous pouvez le préparer à faire face à votre période d’absence avec un bon brassage et apport de matières organiques azotées (vertes). Puis, dès votre retour, offrez-lui, à nouveau le même traitement si besoin, et ça va repartir de plus belle !

  • 2- Les bons apports

    Certains déchets sont bons à composter, d’autres pas !

    Certains déchets dans mon compost ne se décomposent pas. Pourquoi ?
    Peut-être sont-ils trop gros ? Il faut penser à découper les déchets pour qu’ils fassent environ 5 cm. Cela facilite le travail des organismes.
    Ou bien, ce sont des matières qui se décomposent plus lentement (coquilles d’œufs, feuilles coriaces, écorce…)

    Puis-je mettre les épluchures d’oranges dans le compost ? 
    Nous faisons du jus d’orange tous les matins.
    Les agrumes ne doivent pas être mis dans le compost en grandes quantités. Quelques épluchures, coupées en morceaux et bien incorporées dans le compost pour éviter qu’elles ne sèchent, sont acceptables. Mais l’acidité des agrumes, et les nombreux traitements chimiques qu’ils subissent sont généralement indigestes pour les habitants du compost.

    Est-ce qu’une fois cuits, les légumes peuvent être incorporés dans le compost ?
    Tout à fait, mais à condition qu’ils ne soient pas mélangés à de la matière grasse, de la sauce, ou des éléments à éviter dans le compost en milieu urbain (laitage, viande, poisson). Pensez toujours à les découper en morceaux pour permettre aux organismes de s’y attaquer plus facilement.

    Que faut-il éviter de mettre au compost ?

    • Les matériaux non dégradables (plastiques, métaux, verres…)
    • Les végétaux du jardin traités ou malades
    • La terre (sauf ponctuellement pour ensemencer en micro-organismes)
    • Les arbres à décomposition lente ou contenant des substances nocives aux organismes du sol   : Arbres résineux (cèdre, cyprès, pin, thuya...), arbres fruitiers malades, Marronnier d'Inde, Hêtre, Laurier, Photinia, Platane, Noyer, Chêne, Châtaignier, Vigne vierge et lierre (rq : les feuilles et coupes d’élagage de ces arbres peuvent être intégrées après avoir été broyées  (broyeur ou tondeuse))
    • Les restes d’origine animale : os, viande, poisson, fruits de mer, laitages
    • Et aussi : mégots, huile, papiers brillants, contenu des sacs aspirateurs, balayures de la maison, pain, agrumes en trop grandes quantités.
  • 3-Les déchets verts

    Déchets de tontes, feuilles d’arbres, quels sont les déchets verts utiles à mon compost ?

    J’ai un noyer dans mon jardin. Puis-je mettre ses feuilles dans le compost ?

    A éviter ! Le noyer fait partie des arbres dont les feuilles se décomposent difficilement. En plus, il contient une substance (la juglandine) qui perturbe la germination et la croissance des plantes herbacées (c’est pourquoi l’herbe ne pousse pas sous ces arbres).

    J’ai trop de tontes pour la capacité de mon composteur. Que puis-je en faire ?

    Vous pouvez en incorporez dans le compost en prenant soin de bien les mélanger avec de la matière sèche (feuilles mortes, bois broyé). 

    L’idéal est de les laisser sur place si vous tondez régulièrement et avec une tondeuse mulcheuse. Elles se dégraderont rapidement et favoriseront la vie du sol de votre pelouse. 

    Enfin, les déchets de tontes font un excellent paillage. Vous pouvez les étaler (en couche mince) au pied des arbustes, et entre les rangs de légumes du potager. Elles réduiront l’évaporation d’eau, l’apparition de mauvaises herbes, et amélioreront la qualité du sol.

    J’ai plusieurs sortes d’arbres dans mon jardin. Est-ce que je peux incorporer toutes les feuilles dans le compost ?

     Non, certaines feuilles se décomposent vite, d'autres très lentement. 

    Les principales espèces qui se décomposent vite et peuvent aller dans le compost sont : aulne, bouleau, charme, érable, frêne, noisetier, orme, peuplier, saule, sureau, arbres fruitiers sains, arbustes d'ornement...

    Sont à éviter dans le compost :

    - les feuilles épaisses et coriaces (chêne, châtaigner, hêtre, platane, noyer,...)

    - les feuilles persistantes épaisses (laurier, rhododendron, photinia, lierre...)

    - les aiguilles des résineux

    - les feuilles de marronniers

    Si vos espaces verts produisent ces feuilles, vous pouvez les intégrer avec parcimonie et de préférence préalablement broyées, les utiliser en paillage, ou les confier au ramassage des déchets verts.

  • 4-Les habitants du compost

    Toutes sortes d’insectes et de champignons se développent dans mon composteur !

    Il y a des sortes de filaments blancs qui recouvrent certains déchets. Est-ce normal ?

    Oui, il s’agit de mycélium. C’est la partie végétative des champignons. Il intervient dans la décomposition des matières, en particulier le bois. Parce qu’il a besoin de moins d’humidité, sa présence peut être un signe d’un compost trop sec.


    J’ai trouvé des gros vers blancs dans mon compost. Leur présence est-elle normale ?

    Il s’agit très probablement de larves de cétoine qui sont utiles à l’élaboration du compost. Il faut donc les laisser. Beaucoup de personnes les confondent avec les larves de hanneton (qui elles peuvent être un fléau dans un jardin), car les deux se ressemblent beaucoup. 

    En regardant bien, on peut identifier de quelle larve il s’agit : la larve de cétoine est plutôt blanchâtre, avec une petite tête, des pattes courtes, et l’extrémité de l’abdomen plutôt grosse. La larve de hanneton est plus jaune, une grosse tête, de longues pattes et une extrémité d’abdomen plus fine.

    Mon compost est envahi par les cloportes. Est-ce bon ou mauvais signe ?

    Le cloporte est un crustacé terrestre qui joue un rôle dans la décomposition de la matière organique. Il se nourrit de végétaux morts qu’il fragmente en petits morceaux, une aubaine pour les plus petits organismes !

    Les cloportes abondent dans les composts riches en feuilles et un peu secs.

  • 5-Problèmes…et solutions

    Le compost est une matière vivante et évolutive. Comment atténuer les désagréments qui peuvent parfois accompagner cette action écologique ?

    Mon compost sent mauvais ! Que faire ?

    C’est souvent le signe d’une mauvaise aération et d’une humidité trop élevée qui perturbent la dégradation des déchets. Dans ce cas, il faut ajouter de la matière sèche, et aérer le compost avec une fourche. Les odeurs peuvent aussi être liées à un apport inadapté de déchets (viande, laitage, agrumes en grande quantité…). Il faut donc les retirer.

    J’ai découvert une souris dans le compost ! Comment ça se fait, et comment m’en débarrasser ?

    C’est assez rare, mais il arrive que des rongeurs s’installent dans le compost : ils y trouvent de la chaleur et peut-être de la nourriture...

    Avez-vous déposé des restes carnés, laitages ou pain qui peuvent les attirer ? Si c’est le cas, il faut les retirer. 

    Votre compost n’est-il pas trop sec ? Dans ce cas, il faut y ajouter des déchets azotés (tontes, déchets de cuisine). Et dans tous les cas, procédez à un bon mélange du contenu du bac afin de déloger votre intruse.

    Mon compost est envahi de moucherons. Pourquoi et comment m’en débarrasser ?

    Les moucherons sont attirés par les déchets humides et riches en sucres présents à la surface du compost. Les femelles y pondent leurs œufs par centaines.

    Pour éviter leur installation en nombre, mélangez systématiquement les matières vertes  et  humides avec des matières brunes et sèches, et recouvrez la surface du compost de matière sèche.

    Pour vous en débarrasser, retirez les matières organiques abritant les larves, procédez à un bon brassage du compost, et couvrez la surface du compost avec du carton afin de bloquer la lumière et réduire ainsi l’éclosion des larves.

    Mon  compost semble sec et ne se  décompose pas

    La réponse à votre problème est dans votre question ! C’est le manque d’humidité que vous constatez, qui est à l’origine de l’arrêt du processus de compostage. Les organismes qui agissent dans la transformation des matières ont besoin d’eau ! Pas d’eau, pas d’organismes pour faire le travail.

    • Dans votre gestion quotidienne, assurez-vous de maintenir un bon équilibre dans vos apports : environ 60% de matières azotées (vertes et molles) et 40% de matières carbonées (sèches et brunes)
    • Pour relancer le processus, ajoutez des éléments verts et humides, brassez et arrosez. Vous pouvez aussi ajouter des activateurs naturels tels que les orties, la consoude, du compost mûr…
  • 6-Aider, se faire aider

    Le compostage est aussi l’occasion pour les citoyens de partager et s’entraider.

    Je viens d’acquérir un broyeur. Je vais avoir du broyat à donner de temps à autre. Cela peut-il intéresser des personnes qui compostent ?

    Bien sûr ! Envoyez-nous un petit message et merci pour votre démarche qui s’inscrit dans notre volonté de développer un réseau compostage à Saint Maur. Nous nous permettrons de vous contacter lorsqu’un besoin en broyat dans votre voisinage sera identifié.

    Je composte depuis 40 ans au fond de mon jardin, mais je ne me sers pas du compost. Si mon compost peur servir d’une manière ou d’une autre, je serai heureux de le partager !

    Merci pour votre proposition. Votre compost peut effectivement être utile pour ensemencer des composts à l’arrêt, ou pour être épandu. Envoyez nous un petit message, nous nous permettrons de vous contacter dès qu’un besoin en compost se présentera.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?