L'Hôtel de Ville

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

Les hauts-reliefs

En 1916, la direction des Beaux-Arts accorde à la ville le dépôt de deux des douze maquettes des hauts-reliefs qui décorent le piédestal de la statue de la République à Paris. Ces œuvres sont de Léopold Morice (1846-1920), médaillé au Salon de 1875, à l’Exposition universelle de 1878 et à celle de 1900.
La Prise de la Bastille et Le Vengeur du peuple(*) sont disposés de part et d'autre de la porte d'entrée de la salle des mariages. Le Vengeur du peuple rappelle la bataille navale qui vit s'affronter, entre le 28 mai et le 1er juin 1794, les flottes française et britannique à proximité de l'île d'Ouessant.
(*) - Vaisseau de ligne

Vers une nouvelle mairie ?

Tous les locaux de la mairie sont rapidement occupés et un agrandissement s'impose. Il est vrai que de 1876 à 1930, le nombre d'habitants est passé de 8 433 à 57 000… Un concours d'architecte est lancé le 1er août 1930. Forest et Nibodeau sont choisis pour construire une nouvelle mairie… et finalement écartés. Le maire, Auguste Marin, préfère garder au bâtiment son caractère initial.
En 1936, c'est le projet Lucien Graf, architecte saint-maurien, qui emporte l'assentiment général. Le pavillon initial (hall et salle des mariages) est englobé dans un bâtiment de 2 150 m². La salle du conseil occupe l'aile gauche et la salle des conférences(*) l'aile droite. La porte d'entrée est remplacée par trois portes identiques que des colonnes doubles encadrent.

(*) - Cette salle a été récemment aménagée en bureaux.

Plus haut, plus grand !

Mais lorsque la deuxième guerre mondiale éclate, les travaux sont interrompus. Ils reprennent en 1945. La façade principale est alors modifiée : le pavillon central est surélevé et le campanile d'origine exhaussé.
Le fronton accueille deux statues d'Albert Leclerc : "La Marne" (une femme tient dans ses mains une anguille qui s'enroule en formant la boucle de Saint-Maur) et "Le prince de Condé" qui présente la maquette de son château. En 1948, l’hôtel de ville prend enfin son aspect définitif… du moins extérieurement !

La salle des fêtes

A l'ancien escalier d'honneur se substitue un escalier monumental à double évolution. Il donne accès, au premier étage, à la salle des fêtes : 12 m de large, 42 m de long, soit plus de 500 m2 pour une hauteur sous plafond de 11,50 m !
De 1945 à 1950, plusieurs artistes, dont Yves Brayer et Paul Girol, réalisent des fresques sur des thèmes liés à l'histoire de la ville : la construction de l'abbaye, l'invasion des Normands, une chasse médiévale,... Les sculptures, aux deux extrémités de la salle, sont d'André Bizzette-Lindet(*) (1906-1998). Elles représentent l'abbaye et le château des Condé.
(*) Élève aux Beaux-arts puis aux Arts déco, il fut Grand Prix de Rome de sculpture en 1931 et peintre de la Marine à partir de 1947.

 

Des aménagements judicieux

En 1963, le développement des services municipaux impose la création de nouveaux bureaux. L'aménagement des toits terrasses est confié à Becmeur, architecte de la mairie. Il permet de gagner 600 m2.
Mais dans les années 1980 un choix s'impose. Faut-il construire un nouvel hôtel de ville ou adapter le bâtiment aux besoins naissants? Décision est prise : des travaux sont engagés. En 1988, les combles de la salle des fêtes sont aménagés ; 450 m2 sont ainsi gagnés. Ce 4e étage offre, par beau temps, une vue imprenable sur Saint-Maur, le bois de Vincennes et la capitale.

Une évolution constante !

En 1992, les deux cours intérieures à ciel ouvert du 1er étage sont transformées en salons d'honneur de 100 m2 chacun.
Profitant des grandes hauteurs sous plafond, de nombreuses mezzanines sont aménagées. Et, au fil du temps, certains services trouvent place à l'extérieur de la mairie. En 2015, le rez-de-chaussée est totalement dédié aux services qui accueillent le public. Des bureaux sont alors aménagés au 1er étage. 
En fait, notre hôtel de ville "Napoléon III", qui fête ses 140 ans en cette année 2016, est en constante évolution…

De nombreux hommages

Dans le hall, les noms des maires de Saint-Maur depuis 1790 sont gravés dans le marbre. Il en est de même pour les bienfaiteurs de la commune.
Les autres hommages sont tous liés à la 2e guerre mondiale : 
- "La Ville de Saint-Maur-des-Fossés aux victimes de la barbarie nazie fusillés et morts en déportation en Allemagne - 1940-1945". 
- "Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1944 vingt-huit enfants juifs de La Varenne et leurs six monitrices ont été raflés, déportés par le convoi n° 77, exterminés dans les chambres à gaz d'Auschwitz." Et une urne contient des cendres de Dachau.
- "Hommage aux Justes parmi les Nations de Saint-Maur-des-Fossés".
- Au 1er étage : Août 1944 - Libération de Saint-Maur-des-Fossés - "A l'appel du Conseil national de la Résistance, réunis dans la clandestinité chez leur président, Le Trocquer, 8, rue Vassal, les Patriotes saint-mauriens ont décidé de procéder à la Libération de Saint-Maur. Le Comité des Dix, devenant Comité local de Libération, chargé de l'administration des affaires communales jusqu'aux élections générales, est immédiatement entré en fonctions."

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?