Charte Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens

31 janv.

Autres événements

31 janv. 2020

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

Saint-Maur s'engage.

Saint-Maur est engagée de longue date dans la préservation de son cadre de vie dans l'intérêt de ses habitants. 

Pionnière dans la protection de la Marne et pour la protection de ses espaces arborés, la Ville a su s'adapter pour faire face à l'émergence de nouveaux risques. 
Ces dernières années, la Ville a porté une attention particulière à l'installation d'antennes-relais, soutenu les Saint-Mauriens refusant l'installation du compteur Linky, mis en œuvre le "zéro-phyto" sur ses emprises, ou encore pris un arrêté anti-glyphosate. 

Perturbateurs endocriniens

Aujourd'hui, les études tendent à montrer l'émergence de risques liés aux perturbateurs endocriniens. Il s'agit de "substances chimiques, d'origine naturelle ou artificielle étrangères à l'organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire des effets délétères sur l'organisme ou sur ses descendants" (OMS 2002).

Un programme de bonnes pratiques pour écarter les facteurs de risques

Pour garantir la sécurité sanitaire de ses habitants, en particulier des plus jeunes, la Ville souhaite mettre en œuvre un programme de bonnes pratiques visant à écarter les facteurs de risques (emballages plastique, vaisselle...). Ce programme s'inscrit pleinement dans l'esprit de la Charte "Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens". Certains principes de cette charte ont d'ailleurs été anticipés par la ville qui avait déjà banni les produits phytosanitaires dans la gestion de l'espace public et de son domaine privé. 

Signature de la charte "Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens"

Le Conseil municipal du 23 janvier a voté pour la signature de cette Charte "Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens".

La ville s'engage ainsi à la mise en place dans l'année du plan suivant : 

  • la restriction puis, à terme, l'élimination de l'usage de produits phytosanitaires et biocides qui contiennent des perturbateurs endocriniens ainsi que des substance classifiées comme cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction sur son territoire. 
  • la réduction de l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans l'alimentation en développant la consommation d'aliments biologiques et l'interdiction à terme de l'usage de matériel pour cuisinier et chauffer comportant des perturbateurs endocriniens.
  • la mise en place de critères d'éco conditionnalité éliminant progressivement les perturbateurs endocriniens dans les contrats et les achats publics. 
  • l'information annuelle des habitants sur les engagements pris.