La Ville de Saint-Maur prend un arrêté anti-glyphosate

13 sept.

Autres événements

08 oct. 2019

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

La Ville de Saint-Maur prend à son tour un arrêté anti-glyphosate et soutient le département pour interpeller les pouvoirs publics et faire du (...)

Depuis 30 ans, Saint-Maur est engagée dans la reconquête de la qualité d’eau de baignade en Marne. Cet objectif soutenu par le Syndicat Marne Vive conduit à mener des missions qui visent à l’amélioration du milieu naturel sur le bassin versant de la Marne, à la gestion équilibrée des usages et des milieux ainsi que des opérations qui concourent à replacer la rivière au cœur des villes.
Pour mener à bien cette préservation et cette amélioration, il est indispensable de lutter contre les rejets polluants qui infiltrent nos espaces de pleine terre et ruissellent  sur les espaces imperméabilisés. Cette pollution de nos sols et le ruissellement des pesticides conduisent irrémédiablement à la pollution des nappes souterraines et de la rivière.

Prendre un arrêté anti-glyphosate répond à cet engagement écologique de préservation des milieux naturels qui anime la Ville dans sa démarche de Développement Durable et œuvre pour le retour de la qualité de l’eau et retrouver la baignade en Marne. 

Le glyphosate est un produit désherbant autorisé par la loi. De nombreuses publications scientifiques relèvent pourtant les risques qu’il présente pour la préservation de la biodiversité, mais aussi pour la santé humaine. L’OMS pointe ainsi son caractère « probablement cancérogène ». En outre, la toxicité du glyphosate est aggravée par la présence de produits adjuvants, destinés à en faciliter l’utilisation.

La Ville de Saint-Maur est engagée dans une démarche « Développement durable 2018-2025 » qui puise ses racines dans le travail commun de préservation de la biodiversité dans les territoires bordés par la Marne, au travers du syndicat Marne Vive depuis 1993. A ce titre, elle a conduit, de longue date, des actions de sensibilisation et d’alerte des pouvoirs publics pour la protection de l’écosystème en Val-de-Marne.

La décision du Conseil d’Etat du 26 juin 2019 relève «  de sérieuses insuffisances » dans l'arrêté du 4 mai 2017 règlementant la mise sur le marché et à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants.La modification de l’arrêté, qui devait survenir dans les 6 mois, n’est pas encore intervenue – ce qui justifie la mobilisation des élus, des associations et des citoyens pour interpeller les pouvoirs publics à cet effet.

Par ailleurs, les résultats des campagnes de mesures réalisées par les services de l’Etat relèvent que, dans la Marne, les concentrations de glyphosate demeurent élevées. Les dispositifs mis en place par l’Etat ne sont donc pas, à ce jour, suffisants pour protéger les personnes exposées au risque,en particulier les personnes vulnérables, telles qu’enfants, seniors ou femmes enceintes.

C’est pourquoi, conformément à la lettre à l’esprit de la Charte de l’Environnement et au principe de précaution, la Ville de Saint-Maur considère qu’il y a urgence, et qu’il y a lieu de s’engager en faveur de l’interdiction du glyphosate et des produits en contenant, dans un esprit de responsabilité, et en soutien à l’action des élus déjà engagés dans la démarche. 

Une consultation nationale s’est ouverte, la Ville de Saint-Maur y participera dans les tous prochains jours afin de faire entendre la voix de ses habitants qui sont, aujourd’hui, tous concernés par cet enjeu majeur de santé publique.