La Biennale de l'Estampe

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

Créée en 1990, la Biennale d’arts graphiques de Saint-Maur a laissé la place à la Biennale de l’estampe en 2003. Cet événement international de premier plan s’est imposé dans le monde de la gravure contemporaine.

À chaque édition les artistes travaillent sur un thème imposé. Les œuvres sont sélectionnées par un jury de professionnels : galeristes, conservateurs, collectionneurs... 

Soucieux de promouvoir les artistes, cette manifestation offre la possibilité au lauréat du Prix spécial de la Ville d’avoir une exposition personnelle au musée. Le prix Jean Couy récompense un artiste de moins de 40 ans.

Les précédents thèmes des Biennales de l’estampe :

2003 : Nature

2005 : Entre ciel et terre

2007 : Proximités et horizons

2009 : Métamorphoses

2011: Paysages urbains

2013 : Double

2015 : Traces

2017

Lumières est le thème de l’édition 2017 dont l’exposition a débuté le samedi 7 octobre et se termine le 3 décembre.

La participation internationale représente plus de 40 % des artistes de cette édition 2017. Un quart des graveurs a moins de 40 ans. Ces particularités se retrouvent dans le palmarès. Le prix de la Ville a été attribué à Baptiste Fompeyrine âgé de 28 ans. Venu de Bruxelles, Thierry Mortiaux, de nationalité belge, a remporté le Premier prix Marcel Mambré. Habitant Charenton, le japonais Eijiro Ito a reçu le troisième prix. Veliko Marinchevski, de nationalité bulgare, est lauréat du Prix Jean Couy réservé aux artistes de moins de 40 ans. 2017 aura été faste pour Ariane Fruit, deuxième prix de la Biennale, primée en début d’année par la Fondation Grav’x.

Réputée au niveau international, la Biennale de l’estampe 2017 est remarquable par la richesse des interprétations du thème « Lumières ». A noter, les nombreuses œuvres dont le traitement de la couleur est particulièrement novateur.  

Retour en images sur la Biennale de l'Estampe 2017

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?