La Marne (2ème partie)

  • Ajouter à mon bloc-notes
  • Partager
  • Imprimer la page

La Marne (2ème partie)

Une rivière dédiée aux loisirs

Dès sa mise en service, en 1821, le canal offre à la presqu’île de Saint-Maur des berges et une rivière entièrement dédiées aux loisirs... En effet, les chemins de halage ont préservé un accès direct à la Marne. Tel n'est pas le cas pour les villes situées sur la rive opposée où bien des maisons ont été construites "les pieds dans l'eau".

Les "Bains Sadoux : la baignade a été très fréquentée jusqu'à l'interdiction préfectorale de 1970.

Dès la fin du XIXe siècle, la baignade est règlementée. Des espaces sont délimités en raison des dangers de la rivière, et notamment de ses tourbillons. Certaines baignades sont même surveillées par un maître-nageur. C'est le cas, dès 1888, de celle du Père Tranquille, au Parc, et du Banc de sable, à La Pie, où une "boîte de secours" est déposée. Les "Bains Sadoux", au pont de Chennevières, sont fort bien aménagés et disposent de cabines de bain, de plongeoirs et d'une école de natation…

Les peintres de la Marne

Au début du XXe siècle, le Petit Train de la Bastille rend accessibles de charmants coins de banlieue. Nogent, Joinville, Saint-Maur et La Varenne deviennent des lieux prisés qui attirent les artistes. Sortant de leurs ateliers, ils découvrent le charme des bords de Marne sous une douce lumière. Camille Pissarro s'installe de 1863 et 1866 rue Sainte-Hyacinthe* où naît sa fille. Il peint "Péniche sur la Marne" et "Le bac à La Varenne Saint-Hilaire" qui disparaîtra trois ans plus tard avec la mise en service du pont de Chennevières. Paul Cézanne peint, vers 1888, "Le pont sur la Marne, à Créteil" et "Les bords de Marne". Eugène Carrière a une maison avenue de la Mésange. Albert Marquet est attiré par l'animation qui règne l'été sur la Marne. Dunoyer de Segonzac est lui aussi séduit pas ces paysages.
* Depuis 1918 rue du Capitaine-Charton

Les "petits maîtres"

Outre ces peintres célèbres, il y a ceux que l'on appelle les "petits maîtres". Peintre et graveur confirmé, Pierre-Antoine Cluzeau exprime tout le charme de la Marne dans une suite d’eaux-fortes. Adrien Lemaître réalise un ensemble de quarante aquarelles et dessins très précieux car ils nous dévoilent la ville en 1926. Paul Chameron représente les sites historiques tandis que Paul Girol peint sans se lasser l’église Saint-Nicolas et le quartier du Vieux Saint-Maur. A leurs côtés : Victor Lecomte, Clément et Edmond Quinton, Louis Pigniollet...

Sport… et promenade !

La rivière elle-même permet la pratique de plusieurs sports et de loisirs : ski nautique, aviron, voile, kayak, plongée, pêche, promenades en barque et découverte de la Marne en puce d'eau à la belle saison … Toutefois la baignade y est interdite par arrêté préfectoral depuis 1970, au grand dam de bien des habitants !
Quant aux 12 km de bords de Marne, aménagés en promenade à partir de 1977, se font accueillants aux marcheurs, coureurs, pêcheurs et cyclistes qui s'y croisent avec bonheur de l'aube au crépuscule…

Ponts et passerelles

Plusieurs ponts sont construits pour donner accès à la boucle de Saint-Maur : Créteil en 1841, Champigny l'année suivante, Chennevières en 1867, Bonneuil en 1894 et celui du Petit-Parc en 1911. Mais ces ponts ajoutent aux périls quand se créent, autour de leurs piles, de dangereux remous qui sapent leurs fondements. Il n’est donc pas rare qu’un "maître de pont", moyennant péage, offre ses services aux bateliers pour diriger la délicate manœuvre du franchissement des arches… Malgré cela, tous ces ponts seront détruits et reconstruits à plusieurs reprises !
Deux ouvrages permettent aux piétons de franchir la rivière : la passerelle de Saint-Maur-Créteil, construite en 1898, et la passerelle de La Pie en 1912. Toutes deux ont été reconstruites respectivement en 1981 et 1974.

La faune et la flore…

De nombreux animaux vivent en Marne ou dans la nature environnante : hérons cendrés, cygnes, ragondins, cormorans, martins-pêcheurs, chevaliers guignettes, canards colverts, mouettes, oies bernaches, poules d'eau… Les poissons les plus courants sont les chevesnes, gardons, goujons, silures… La végétation est riche : saules pourpres, frênes, ormes et aulnes. Et des plantes rares poussent sur les îles Pissevinaigre, des Gords et de l'Abreuvoir, toutes trois situées en aval du pont de Champigny et classées "réserve naturelle" en 1999. Il est rigoureusement interdit d'y aborder et, a fortiori, d'y débarquer !

Crues et inondations : Que d'eau en ce mois de janvier 1910 !

Pendant des siècles, les crues de la Marne noient une partie de l’année la boucle de Saint-Maur. Cela s'avère catastrophique lorsque la ville s’urbanise. Ainsi en janvier 1910… Depuis deux ans il a beaucoup plu et le sol est saturé d'eau. Les quartiers situés aux points les plus bas, Les Mûriers et La Pie, sont noyés pendant trois semaines. On circule en barque. De nombreuses maisons s'écroulent. Des gardes en arme sont postés pour éviter les pillages. Meubles et objets sont emportés par le courant. Quand l'eau se retire enfin, le bilan est désastreux ! Mais les habitants n'en ont pas fini : de nouvelles crues très graves affectent Saint-Maur en 1924, puis en 1955…
Depuis, des travaux gigantesques ont été engagés bien en amont afin de retenir l'eau de la Seine, de l'Yonne, de l'Aube et de la Marne dans quatre lacs-réservoirs. Pourtant, une crue centennale est attendue et pourrait s'avérer dramatique, notamment parce que de très nombreux réseaux et des voies de circulation sont aujourd'hui enterrés. Alors Paris et sa région s'y préparent, comme lors de l'opération "Sequana", un exercice de grande ampleur, simulant une crue majeure, mené en mars dernier.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?